Membre de la Chambre des Généalogistes
Successoraux de France
(1947)
et de l'Association pour le Droit Continental

Recréer des liens,
c'est notre métier.

Kerlévéo

Renouant des fils que le temps a distendus, restituant des souvenirs effacés des mémoires, le généalogiste successoral devient un thérapeute. Chaque jour, il démontre que la famille garantit l'avenir. Elle défie les saisons, les vents et les tempêtes comme un arbre enraciné dans la plaine.

Pierre Kerlévéo

Généalogie, histoire et pratique, Edition Larousse - 1991

Regards sur notre profession

« Généalogiste successoral »

« Chasseurs d’héritiers » : c’est souvent sous cette appellation que les médias nous présentent…

Il est vrai qu’il faut être un peu détective et avoir le goût de l’aventure pour exercer ce métier, qui nous conduit souvent à mener de véritables enquêtes de terrain en France et à l’étranger.

Mais en réalité, nous sommes avant tout des explorateurs, naviguant entre les rives du temps, que l’on devra remonter pour tenter de parvenir à dessiner les contours du présent et de l’espace, à la recherche de personnes pouvant être disséminées aux quatre coins du monde.

En quête de vérité, car elle seule pourra déterminer qui aura vocation à succéder, il nous faudra alors nous plonger dans les méandres des souvenirs, dévoiler des secrets de famille profondément enfouis, des choses du passé qui avaient été soigneusement cachées ou tout simplement oubliées.

Parce que nous sommes à l’origine de ces révélations qui peuvent parfois s’avérer bouleversantes, il n’est pas rare qu’un lien tout particulier se tisse entre nous et les proches retrouvés, né de cette situation si singulière.

Il y a des histoires que nous n’oublierons jamais : tantôt émouvantes, tantôt cocasses, surprenantes ou révoltantes, des coïncidences troublantes, des destins fabuleux ou tragiques, des mystères jamais élucidés…

Cependant, la vie continue et le passé se dissipe pour laisser la place aux réalités du futur : un héritage peut changer une existence ou en tout cas améliorer le quotidien de celui ou de celle qui en bénéficiera.

Recueillir une succession : c’est parfois un parcours plus long et difficile qu’on ne le voudrait. C’est pourquoi, même après avoir retrouvé les successibles, nous restons toujours présents à leurs côtés, pour les accompagner jusqu’au jour du partage.

Et puis, une fois notre mission achevée, le dossier se referme, une page se tourne et nous voilà repartis pour une nouvelle histoire. Qui sait ? Peut-être la vôtre…

Virginie Nguyen Trong-Brion